Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

1917
Budget = 90 M$
BOX OFFICE France = 2 951 / 90 455 - 645 000 - (1 724 000) entrées
BOX OFFICE USA = 0,6 / (37,0) / (132,5) M$
BOX OFFICE Monde = (322,5) M$
 

Tout en saluant évidemment la prouesse technique du film -un faux plan séquence de près de 2 heures ; avec une coupure nette toutefois-, reste à comprendre ce qui justifie ce choix audacieux de la part du réalisateur.
Deux heures de la vie de deux soldats lors d'une mission qui pourrait sauver la vie de centaines de leurs compatriotes. Ce plan sans coupe permet très clairement de se focaliser sur un seul point de vue, celui du héros / des héros, et d'être littéralement happé par l'action. C'est aussi immersif qu'un jeu vidéo, créant une forme de suspens assez inédite au cinéma : on n'ose même plus cligner des yeux, ce que permet les coupes franches, et on se prend chaque scène en pleine figure ; j'avoue pour ma part un énorme sursaut lors d'une séquence en particulier, alors que je suis usuellement anesthésié par les jump scares. Mais il faut bien se dire que tout cela n'empêche nullement le travail du réalisateur qui, loin du simple plan long, offre un regard unique sur la guerre, réfléchit sur sa mise en scène de la manière la plus élaborée qui soit, plus excitante à la vue des contraintes techniques qui étaient siennes. Le résultat est effectivement intense, remuant, ébouriffant, explosif et grandiose.
Ce travail ne serait qu'assez vain sans une musique aux accents souvent tribaux, parfois mélodiques qui assoit le statut du film ; difficile également de passer à côté de la beauté époustouflante de certaines images, notamment cette scéne noctambule avec un rendu nuit / feu du plus belle effet. Spectaculaire.
Aucun doute que ce choix artistique est mû par un gain en intensité : avec toutefois certaines limites. Car le film s'en trouve être plus une expérience filmique et cinématographique qu'un objet scénaristique historique, voir un drame humain (l'histoire du frangin reste prétexte et fragile). 1917 lorgne clairement du côté du pur spectacle, affichant sans gêne son statut de "film d'action" à la fois dans son schéma événementiel (peu d'hommes ont vécu 2 heures de vie aussi intense en émotion et en action !!), très cinégénique, et dans son principe d'alternance parfois trop rébarbatif, en tous les cas limitatif. Comme s'il existait une profonde dichotomie entre le fond et la forme : le réalisme visuelle et affichée de l'oeuvre le dispute à une histoire guère historique et, de toutes façons, peu crédible sur le temps imparti du film. Hyper efficace mais guère plausible.

La critique des internautes
 

 

NOTE : - / 20

-