Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Si Beale Street pouvait parler
Barry JENKINS
Budget = 12 M$
BOX OFFICE France = 785 / 7 175 - 53 000 - (110 000) entrées
BOX OFFICE USA = 0,2 / 1,8 / (14,7) M$
BOX OFFICE Monde = (18,2) M$
 

Un homme et une femme. Mais à Beale Street.
Une réunion familiale pour l'annonce d'un heureux événement et de ses conséquences, sur une série de flashbacks nous contant les déboires d'un jeune couple, sous la forme d'une chronique temporelle autant que géographique.
En découle une oeuvre sensible -marque de fabrique de son auteur- mais jamais transcendante, plombée par un scénario qui joue trop l'évidente simplicité, tiraillé entre la love story et le cas criminel ; grossierté judiciaire et symbolique qui ne m'a pourtant jamais vraiment embarquée, pas loin de dépareiller sur l'ensemble. Le discours sous-jacent et attendu sur une communauté ne renouvèle en rien la thématique.
Il faudra alors me raccrocher à une grammaire cinématographique impeccable, foisonnante, souvent foudroyante : le long plan utilisé lors de la scène de sexe, les divers points de vue lors des entretiens à la prison, les différentes façons dont sont abordées chacun des dialogues, entre chacun des protagonistes.
Langoureux, agréable mais rarement le film dépasse la pourtant superbe banalité de son sujet.

La critique des internautes
 

 

NOTE : -/20

-