Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Mon frère
Budget = 2,7 M€
BOX OFFICE France = - / 9 951 - 000 - ? entrées
BOX OFFICE USA = - M$
BOX OFFICE Monde = - M$
 

L'univers des CEF : Centres Educatifs Fermés.
La grande qualité -l'une des qualités de Mon frère- n'est pas de faire étalage de violence, d'insultes et des diverses abominations que l'on trouve dans le milieu de la délinquance, dans ces centres pénitentiaires pour mineurs. Il préfère, et de loin, nous présenter avec force de détails les éducs qui tentent d'y régner, les gosses qui tentent d'y survivre ; en nous racontant l'histoire d'un gamin plongé dans cet institut -et les conséquences de cette plongée- alors qu'il n'y est pas forcément à sa place puisqu'il n'est pas une "racaille".
Ce n'est pas un procès contre les familles à la dérive pas plus que contre une institution dépassée par sa mission (quoique le rappel à la loi final en dise long...). C'est une oeuvre réaliste, plus proche du documentaire, qui va instaurée un incessant aller-retour entre le présent (un frère enfermé / l'autre vivant avec sa grand-mère) et le passé (toute l'histoire du drame qui a amené le grand frère à "tomber").
Le film bénéficie d'un récit clair et absolument passionnant de précision et de justesse, maniant avec beaucoup de finesse la psychologie de ses personnages ; tous les personnages. Que ce soit les jeunes ados ayant commis un délit -leurs divers et très justes rapports de force, les traumas qui remontent à la surface, leur manière de gérer cette situation- et celle des éducateurs -naviguant sans cesse entre force et psychologie (Claude étant hautement symbolique dans le film). Divers personnages qui appuient, construisent brillamment le récit, récit qui opte pour un point de vue vraiment intéressant sur la problématique des enfants battus. Notamment en rapport à cette fratrie qui explore son passé.
Précisons que MHD y est particulièrement bluffant et que J. Abraham nous gratifie de sa plus belle réalisation : du souffle et de la subtilité.
Mon frère est au final à la fois un bel objet d'art et un véritable outil pédagogique, très attachant et à la morale à toutes épreuves : on doit vivre avec son passé.
IAM est la cerise sur la gâteau.

La critique des internautes
 

 

NOTE : -/20

-