Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

La lutte des classes
Budget = 3,6 M€
BOX OFFICE France = 1 111 / 21 244 - 151 000 - (446 000) entrées
BOX OFFICE USA = - M$
BOX OFFICE Monde = - M$
 

Mettons les choses au clair : j'ai vraiment beaucoup aimé ce film. On a un vrai couple de cinéma, un humour qui traite des problèmes de fond, un ton auteurisant mais jamais chiant et un regard sur le monde d'aujourd'hui qui m'interpelle. Mais alors je voudrais que l'on m'explique ce parti pris visuel, vous savez le côté "épuré" qui me rappelle plus n'importe quel téléfilm / soap opera France 3 que les films d'Ozu ? Sincèrement c'est une abomination et j'en suis désolé.
Donc : on part de ce vieux débat entre école privée / école publique et on en profite pour dénoncer une société à deux vitesses, celle des plus riches et celle des plus pauvres, avec un vilain fossé au beau milieu, fossé de plus en plus difficile à combler... Une société qui laisse les pauvres dans leur merde, qui rend les nantis encore plus riches parce que l'école ne joue plus son rôle d'ascenseur social. Mais comme elle n'est pas la seule coupable, le film développe intelligemment sa thématique.
Ca devient une oeuvre touche-à-tout, qui va à 200 à l'heure, où tout y passe : la religion, l'intégration et la mixité, l'éducation, les préjugés, le choc des cultures, la vie dans quartiers, le rôle des parents, le couple..etc. Avec en parallèle le glissement de cette société vers un racisme latent... Jamais manichéen, très riche et frontal, toujours avec quelques rires tendus, mais débordant de bonne humeur et d'éclats de rire sincères et réfléchis. Un très beau film sur la banlieue avec en conclusion l'hilarant, le subtil, le brillant diatribe sur le voile islamique ; à faire écouter à tous les populistes, obtus, égocentriques et aveuglés par leur manque de distanciation et de réflexion. D'ailleurs tous les dialogues sont globalement pertinents ("Maintenant à l'école laïque, tout le monde croit en Dieu").
Ajoutons des personnages parfaitement croqués : la prof qui colle littéralement aux textes, le père ex-rebelle plus intolérant qu'il ne le croit, le dirlo dépassé, belle-fille. Et une très belle mise en musique.

La critique des internautes
 

 

NOTE : -/20

-