Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

A couteaux tirés
Budget = 40 M$
BOX OFFICE France = 1 691 / 26 784 - ? 000 - (? 000) entrées
BOX OFFICE USA = 31,5 / (?,0) M$
BOX OFFICE Monde = (70,0) M$
 

Captain America, James Bond, Laurie Strode, Sony Crockett, Yoda, Muriel, Capitaine Von Trapp, le général Zod ou encore Hannah Baker réunis dans le même film !!! Et sous la houlette du réalisateur de Star wars 8 ! Comment résister ?
Inutile d'insister plus longtemps sur ce casting : il est absolument et rigoureusement parfait, chaque acteur et actrice s'éloignant au maximum de ce qu'on attend de lui, desservant à merveille chacun de ces personnages on ne peut plus touffus.
Regarder ce film c'est s'apercevoir de la différence stratosphérique entre un film de cinéma et une vulgaire série télévisuelle et policière produite à la chaîne pour être diffusée le dimanche soir. Car ce qui saute aux yeux c'est combien la réalisation s'adapte à chacun des personnages, perce son regard et son attitude. C'est un vrai régal visuel de la part d'un auteur qui s'amuse énormément, prenant beaucoup de plaisir et soignant ses cadres et leur variété. De la haute gastronomie cinématographique.
A couteaux tirés se trouve également être un puzzle narratif, déclamé sur quelques airs jazzies, avec tous les ingrédients nécessaires à notre bonheur : suspects à foison, fausses pistes assumées, rebondissements intempestifs, points de vue divers et variés ainsi qu'une belle mécanique scénaristique générale qui maintient à la perfection le spectateur dans un état de vérité proche et quasi évidente. Difficile de quitter l'écran des yeux et de ne pas être attentif au plus haut point car chaque pan de scénario, chaque ligne de dialogues s'avèrera utile en temps et en heure ! Cette enquête qui possède toutes les formes classiques sera agencée sur une structure pas si... classique que celà, et qui sera la véritable force du film ; le scénario est à la fois très joueur, possèdant beaucoup de recul sur le genre, et son discours politique marqué l'élève encore un peu plus.
Il y a bien quelques faiblesse de ci, de là, des maladresses bénignes, quelques éléments attendus (la scène du leg), une histoire tirant un peu sur le fil dans sa dernière demi heure, de même que un ou deux membres de la famille qui aurait pû être mieux développés. Ca reste un joli tour de montagne russe avec un final très bien tissé jusqu'à la toute dernière seconde : bâti pour être moins surprenant qu'original et finissant par redéfinir en douceur les contours du "Whodunit".

La critique des internautes
 

 

NOTE : - / 20

-