Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Colette
Wash WESTMORELAND
Budget = - M$
BOX OFFICE France = - / ? - ? - ? entrées
BOX OFFICE USA = 0,161 / 0,5 / 5,1 M$
BOX OFFICE Monde = (7,1) M$
 

A combien de biopics avons-nous droit chaque année ? Je n'en compte pas moins de 25 en 2018, soit bien plus que des films de super-héros !!
Et qu'est-ce qui les distingue, hors mis leur personnage principal ? Il y a une reconstitution historique -de tous points de vue, des acteurs / actrices mimétiques ainsi qu'une thématique qui se dégage de l'oeuvre de l'artiste, homme politique -ou que sais-je- en question.
Mais cette fois, je suis resté sur ma faim. Encore une histoire de mari volage, encore une histoire d'amour bancale, et ce durant 30 mn, tout aussi platement mise en scène. Et on finira par s'apercevoir que la thématique est là... Film autant opportuniste qu'à la mode, sur la condition féminine (#MeToo), le libertinage et l'homosexualité ; il y a plusieurs décennies de cela. Et le film s'attache d'autant moins à l'artiste, à son œuvre, à son style qu'à sa vie sexuelle... et aux à-côtés de son œuvre. Symptomatique mais terriblement creux : où comment Hollywood crée des modes en méprisant le coeur même du sujet de celles-ci.
Pour l'histoire, le film rappelle à notre bon souvenir l'appropriation ignoble des œuvres féminines par les mâles, à une époque où celles-ci ne pouvaient envisager être des artistes (même thématique que Mary Shelley). Une histoire d'émancipation où K. Kneightley fait merveille mais patauge dans un scénario chétif.
Colette est un personnage essentiel de la littérature française et mondiale et de l'histoire de la libération des femmes. Ce film ne lui rend qu'un hommage distancié et la réduit à un être de chair.

La critique des internautes
 

 

NOTE : -/20

-