Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Wonder wheel
Budget = 25 M$
BOX OFFICE France = 1 703 / 20 147 - 151 000 - (373 000) entrées
BOX OFFICE USA = 0,126 / 0,5 / 1,4 M$
BOX OFFICE Monde = (15,2) M$
 

Le réalisateur nous propose un film hyper coloré, imprégné de pastel, où se dispute le rouge, le bleu, l'orange ou le jaune. Mais comme un peintre qui se plairait à user de nouvelles palettes, Woody en oublie... de peindre. Car où sont donc les dialogues fins qui font sa patte de scénariste ? Et les personnages profonds que l'on se plait à étudier sur grand écran, via la psychanalyse du maestro ? Et les thèmes (ah si, ils sont là : la tromperie) ? L'humour ? Les références (qui ici tombent à plat) ? S'il est agréable à regarder, bien que inutilement flashy, Wonder wheel se veut être une comédie dramatique où les personnages se démènent dans leur petites vies, chacun avec son petit "trauma" amoureux et ses conséquences. Et la love story n'est que conte ultra classique et vieillot, le triangle amoureux proprement rasoir ; et personnellement j'ai trouvé le personnage de K. Winslet particulièrement déplaisant et loin des égéries du réalisateur (quand une mère minable le dispute à une épouse indigne).
Le film ne parvient jamais à émerger de son original décor et reste bien trop futile pour son immense auteur.

La critique des internautes
 

 

NOTE : -/20

-