Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Un homme pressé
Budget = 8 M€

BOX OFFICE France = 1 270 / 37 804 - 293 000 - (696 000) entrées

BOX OFFICE USA = - M$
BOX OFFICE Monde = - M$
 

Que se cache derrière ce croustillant concept : couper le sifflet au prolixe Luchini, ou plutôt pervertir le langage d'un bel orateur, amoureux des mots, adorateur syntaxique, jongleur verbal et admirateur frénétique de la langue française ? Et bien derrière Un homme pressé se dissimule un film qui dépasse son concept et se surpasse.
Pour la petite histoire : un homme d'affaires overbooké fait un AVC et se retrouve en plein dans délire languagier ; dans une espèce de version adulte de "La belle lisse poire du prince de mots tordus".
Et je le répète : le film est tout à fait à la hauteur de ses ambitions. Parce que le travail d'acteur est puissamment jouissif et fortement communicatif, un travail d'équilibriste d'où découle un humour inédit issu de dialogues où se mélange aléatoirement verlan et aphasie, véritable régal pour nos oreilles aguerries. Saluons l'effort de l'acteur pour les retranscrire, toujours avec génie et subtilité. Et pour une fois ce génie semble être à notre portée, tellement plus fragile.
Je trouve que le pitch sert tangiblement les personnages (réapprendre à se connaître, réapprendre à vivre), les personnages nourrissant eux-même le récit et, par ce biais, ces mêmes personnages prennent de l'épaisseur et se mettent réellement à vivre ; autant Alain est extrêmement drôle et profondément attendrissant, autant son orthophoniste et chacun des seconds rôles -de l'infirmier jusqu'à la dame de service- se démarquent et existent grâce à de petites touches littérales toujours bien senties.
On trouve au gré du métrage de très belles séquences, d'excellentes idées parfaitement mises en scène (celle de Pôle emploi est magnifique). Une œuvre qui manie avec grâce l'humour et l'émotion et nous touche à bien des égards.

La critique des internautes
 

 

NOTE : -/ 20

-