Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Pentagon papers
Budget = 50 M$
BOX OFFICE France = 3 448 / 54 204 - 476 000 - (1 315 000) entrées
BOX OFFICE USA = 0,526 / 81,9 M$
BOX OFFICE Monde = 177,7 M$
 

Liberté, liberté d'expression chérie.
Pentagon papers est une oeuvre dialoguée de bout en bout, de façon à la fois percurtante et didactique, réalisée avec une profonde finesse et une énergie débordante ; de délicates images (avec toujours beaucoup de lumière qui déborde des fenêtres, comme une note d'espoir, un symbole de vérité penétrant les locaux du W. P.) et des mouvements de caméra absolument somptueux et ingénieux. Une vraie recherche formelle qui parfois touche, effectivement, au génie. Sur le fond le film aborde les relations tendues entre le quatrième pouvoir et le gouvernement. Il aura fallut, à la fin des années 60, qu'un mensonge d'état (le bourbier du Vietnam aurait pu se terminer bien plus tôt) se glisse dans une oreille bien placée et bien avisée, pour que cette révélation explosive débouche quelques années plus tard par la mise en presse de documents secrets défenses et compromettants. Et que naisse un embryon de révolution populaire à l'encontre de cette guerre ignoble.
Dans un premier temps on pourrait se poser la question : mais quelle est l'intrigue ? La source, celui qui a révélé ce mensonge, est connue du spectateur, les répercussions historiques sont parfaitement maîtrisées du grand public. Non : ici ce sont les dessous du pouvoir que l'on nous fait découvrir par le biais d'un film qui possède l'âme d'un thriller, cette presse muselée par l'état, sous pression mais tenant tête ; c'est elle qui est le moteur de l'intrigue. Avec des connections évidentes avec la récente affaire WikiLeaks et un prolongement avec cette réalité moderne de la presse, où l'indépendance se fait rare puisque cette dernière appartient bien souvent à des conglomérats aux motivations et aux intérêts commerciaux, bien plus que centrés sur la recherche de la vérité. Le film en profite au passage pour finir de décrédibiliser nos pitoyables dirigeants politiques, hypocrites, manipulateurs et sans scrupules, ne servant que leurs intérêts propres ; tous autant qu'ils sont. Aucun d'entre eux, ceux cités dans le film, n'a jamais été, non seulement inquiétés par la justice, mais seulement regardés par cette dernière ; combien de morts ont-ils sur la conscience ???
À quelque encablure du scandale du Watergate... Du journalisme héroïque qui contribue à rendre le monde meilleur ; et transparent aux yeux de ses citoyens. Garant de notre liberté.

La critique des internautes
 

 

NOTE : -/20

-