Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Bohemian rhapsody
Budget = 52 M$
BOX OFFICE France = 2 652 / 197 249 - 1 078 000 - (4 373 000) entrées
BOX OFFICE USA = 51,1 / (216,2) M$
BOX OFFICE Monde = (901,4) M$
 

La construction d'un personnage scénique.
Ça commence comme une success story, un peu rapide. Ascensionnelle. Et je me dis que ça devrait difficilement surprendre le spectateur de biopic que je suis.
Freddie a une voix et un talent de fou, Freddie est excentrique, Freddie s'interroge sur sa sexualité, Freddie a une vision ; Freddie lance Bohemian Rhapsody. Ode aux différences, à un artiste à part, sans ne jamais être condescendant de ton ; sauf qu'à force d'insister, Hollywood le transforme en freaks moderne, esclave d'une mode actuelle qui veut que l'on réduise les gens à leur sexualité... J'espérais voir le scénario prendre un ascendant plus artistique, plus technique, décriptant l'oeuvre du maître plus en profondeur et pas seulement sur l'air d'un fond musical, aussi évocateur soit-il ; je me fiche éperdument des frasques nocturnes du bonhomme mais bien moins de sa vision d'auteur et de son génie scénique. Simple rappel : l'oeuvre se nomme Bohemian rhapsody et non pas Freddie Mercury...
Très, totalement descriptif et chronologique, c'est une biographie trop appliquée, merveilleusement interprétée, mais une bio de rocker avec sex, drug ans rock n'roll, chants, crises et batailles d'égo. Avec en parallèle des chansons qui s'insèrent joliment, comme des marqueurs.
Et justement, c'est la magie de ces chansons autant que la nostalgie qui nous porte avant toutes choses dans ce film, leur puissance inter-générationelle qui transpire l'émotion. Car elles sont éternelles. Je reste mitigé, pour ne pas dire surpris du succès immense de ce biopic : juste avant d'assister à la reconstitution d'un Live Aid plus vrai que nature, plus bouleversant que toutes les scènes du film... alors que ce n'est finalement qu'un concert. Le film se clôt sur une note plus que positive qui vous ravage le cœur.
Singer (partiellement) ne nous offre pas son plus étonnant travail.

La critique des internautes
 

 

NOTE : -/20

-