Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Mia et le lion blanc
Budget = 8,7 M€

BOX OFFICE France = 803 / 125 173 - 573 000 - (1 437 000) entrées

BOX OFFICE USA = 0,2 / 0,4 M$
BOX OFFICE Monde = (34,7) M$
 

La fille qui parlait à l'oreille des lions.
Ce film a tout pour séduire, et les familles et les cinéphiles : à la fois oeuvre d'aventure exotique et film familial, l'histoire possède un sujet original et, qui plus est, explore une véritable multiplicité thématique : l'enfant loin de chez elle, se sentant abandonnée, différente / son lion blanc, loin de sa famille et différent de par sa couleur ; c'est tout autant film sur la famille, ses conflits parfois profonds, ses drames, petits et grands. Mais l'histoire surprend de par la dénonciation virulente de la marchandisation de la nature, via une aberration typiquement humaine (inhumaine devrais-je dire).
Ce n'est pas une simple oeuvre familiale à une voix, sans fond, obéissant au cahier des charges d'un genre spécifique. Son scénario ne part pas en ligne droite, même s'il s'autorise quelques facilités (autour des incidents notamment). Il est joliment enveloppé par la métaphore du lion blanc, sur les relations intimes entre l'homme et la nature.
Le lien -une forme d'amour pure- avec la gamine est tout simplement hallucinant, dépassant toutes mes attentes. Complètement bluffant et surtout très impressionnant, provocant à de multiples occasions un frisson, entre la peur et l'admiration.
La photo y est chaleureuse et solaire, baignant les images dans des tons jaunes-orangés, nous plongeant en Afrique, ou plutôt laissant un bout d'Afrique entrer dans nos contrées.
La réalisation est parfaitement dosée, avec beaucoup de finesse et d'intelligence : pleine d'idées et de choix pertinents, toujours au plus près des protagonistes, finissant de construire le lien entre la jeune fille et l'animal. Entre eux et nous.
Du choc hautement symbolique du final se dégage beaucoup d'émotions, le genre qui laisse des traces chez les jeunes et les moins jeunes spectateurs. Et une colère immense que nous avons tous ressenti, avec plus ou moins de violence...

La critique des internautes
 

 

NOTE : -/ 20

-