Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Raid dingue
Budget = 32,5 M€
BOX OFFICE France = 1 244 / 181 139 - 1 468 000 - (4 544 000) entrées
BOX OFFICE USA = - M$
BOX OFFICE Monde = - M$
 

Certe : je ne suis déjà pas fan du tout de D. Boon... mais cette fois je vais avoir grand mal à trouver pire en 2017 que ce film, car sa vision fut peut-être encore plus périlleuse qu'une mission haute tension du RAID. Une première scène, un premier gag d'un autre âge... pas de panique : ce n'est qu'un rêve. Le reste sera tout simplement un cauchemar de cinéphile. Car il faut vraiment découvrir le cinéma depuis quelques mois pour être emballé par cet aberration formatée et d'une ineptie sans limite. Et je pèse mes mots : ce film est cruche à manger du foin. Première étape : supporter A. Pol durant plus d'une minute. Sincèrement j'en étais gêné pour cette actrice, contre laquelle je n'ai absolument rien, forçant le trait comme si elle rejouait la pièce de théâtre de la fin d'année de son CP. Impossible de qualifier son travail de "professionnel" tant elle n'est qu'une très vulgaire, incompréhensible et indécente parodie d'un De Funès. Je ne comprend toujours pas... Deuxième étape : le pitsch / scénario. Il y a donc 4,5 millions de spectateurs qui se sont amusés à se rassurer -car je ne vois nulle autre raison- devant une nouvelle et incessante mouture des indécrottables Ch'tis, ou comment faire un Nième ilm qui voit se confronter deux opposés : Nord Vs Sud - Français Vs Belges - La belle vs le moche - et cette fois Gaston Lagaffe (nouveau pendant de son personnage hypercondriaque ou de son radin... sic !) Vs L'élite. Boon a scénaristiquement touché le fond du recyclage et cette fois atteint le sommet de la nullité. Mot que j'emploie rarement s'il en est. Non seulement son scénario est cousu de fil blanc, non seulement il prend le spectateur pour ce qu'il n'est pas, mais en plus son film ne tient jamais la route, sans cesse obligé d'en faire trop, de se mordre la queue et se tortille dans tout les sens dans un but aussi abscons que ridicule et illogique. Et jamais on ne ressentira quoique ce soit pour ces personnages inexistants si ce n'est une vile antipathie chronique. N'évoquons que du bout de la plume un D. Boon en pro macho du RAID ; ça ne prend pas. Mention spéciale pour Y. Attal qui devrait entrer dans le Top 10 des plus mauvais rôle de l'histoire du cinéma. Morale du film : l'élite du RIAID ne serait que des gros bouffons... bel hommage...

La critique des internautes
 

 

NOTE : - / 20

-