Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

La promesse de l'aube
Budget = 24 M€
BOX OFFICE France = 1 844 / 46 358 - 250 000 - (1 053 000) entrées
BOX OFFICE USA = - M$
BOX OFFICE Monde = - M$
 

Il y a dans ce film tout ce que j'aime, depuis Le brasier, chez E. Barbier : c'est un vrai film de cinéma, avec des images de cinéma ; des lumières éblouissantes et joliment prononcées, des couleurs chiadées et renversantes, des plans réfléchis, un cadre toujours impeccable et des mouvements de caméra qui nous emportent.
La promesse de l'aube n'est rien d'autre que le biopic du romancier -entre autres- Romain Gary, depuis son enfance (sa mère exubérante, envahissante et rêveuse, sa vie en Pologne avant la guerre, son statut de juif), son adolescence (en France) jusqu'à l'âge adulte (ses amours, la guerre, son 1er roman ). Le film va tourner grandement autour de cette mère excessive qui va pour beaucoup déterminer les choix de vie du jeune homme ; et ses succès.
Sauf que, sans doute à force de manger du biopic tous les mois de l'année, il se trouve que le film possède un format bien trop sage, celui d'une success story somme toute banale, racontée chronologiquement ; même si les personnages sortent vraiment du lot, leurs diverses relations étant complexes et fouillées, et étant campés par des comédiens d'exception : C. Gainsbourg trouve ici son meilleur rôle, P. Niney y est absolument irréprochable et renversant. Je nourris enfin un tout autre regret, qui est en fait une gêne profonde : celui de ces seconds rôles féminins qui ne semblent bonnes qu'à montrer leur poitrine dans les courtes scènes qui leurs sont attribuées...

La critique des internautes
 

 

NOTE : -/20

-