Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Manchester by the sea
Budget = 8,5 M$
BOX OFFICE France = 1 110 / 9 812 - 108 000 - xxx 000 entrées
BOX OFFICE USA = 0,256 / 1,2 / xx M$
BOX OFFICE Monde = (46,1) M$
 

Je vais commencer par reprocher à ce film... de ne pas être parfait. Un homme étonnamment asociable, gardien d'immeuble, confronté au décès de son frère en plein hiver, héritant de la présence de son neveu. Des aller-retours dans le passé. Parti de ces faits on sent très bien qu'il y a anguille sous roche, que c'est un homme a déjà été meurtri par la vie et que ces a priori vont quelque peu amoindrir l'impact de la pourtant fabuleuse -si je puis dire- scène dramatique. La réalisation un peu quelconque de Lonergan n'y aidant guère ; il est trop en retrait, trop télégénique. Mais l'enjeu du film ne se situe pas dans une seule et unique scène. C'est une oeuvre un rien glaciale et pourtant drôle sur la vie, sur la mort, et sur le deuil. C'est le récit d'un homme broyé par les drames de l'existence, sur un semblant de renaissance ; l'oeuvre pévoque également la famille sous bien des aspects ainsi que la paternité / maternité : simple, juste, beau et âpre, définitivement mélancolique, le film développe une sacrée atmosphère à laquelle les deux fabuleux interprètes principaux ne sont pas étrangers (Ben met un genou à terre face à Casey). Il y a bien quelques longueurs clairsemées mais l'oeuvre nous prend par la main, les personnages nous touchent en profondeur, les paysages nous parlent et l'histoire de ces gens O combien ordinaires semble s'adresser directement à nous. Particulièrement attendrissant et tellement juste dans le ton.

La critique des internautes
 

 

NOTE : -/20

-