Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Hitman & bodyguard
Patrick HUGHES
Budget = 30 M$
BOX OFFICE France = 1 050 / 44 090 - 238 000 - (526 000) entrées
BOX OFFICE USA = 21,4 / (73,6) M$
BOX OFFICE Monde = (162,4) M$
 

Sous de faux "airs" de James Bond ; juste pour déconner. Sauf Gary Oldman, bien sûr. Le tout agrémenté d'un scénario de série B, pour ne pas dire de direct-to-dvd voir de téléfilm (le producteur étant Netflix), d'un basique génant et aux articulations rouillées jusqu'à la moëlle : un témoin à protéger -même si pour une fois le témoin a vraiment du mordant-, un bodyguard qui reste sur un échec cuisant (dont on connaît les tenants et les aboutissants dès le départ ; a contrario du héros), une ex qu'il n'arrive pas à oublier et dont il se demande pourquoi elle est parti (pas nous...), une taupe tout de suite identifiée (mais l'acteur porte le rôle sur son visage), un bad guy de compétition, un temps imparti plutôt absurde sur la fin...etc. Cascades, bastons, gunfights, explosions & giclettes de sang numériques pour une histoire qui n'est pas loin d'être grossière pour le spectateur un rien averti que nous sommes : les clefs des menottes qui tombent à bon escient, le type qui arrive à peine à marcher mais fait des bonds de 5 mètres, un Darius qui retrouve un Mickael kidnappé de façon pour le moins floue et improbable, et une multitude de questions qu'il faut bien évidemment éviter de se poser afin de ne pas faire tomber le scénario comme un vulgaire château de cartes. Même les dialogues paraissent sortir... d'un autre film ! De toutes façons on est ici pour en prendre plein la tronche : abus de vulgarités (lassant...), big fun, violence gratuite et totalement décérébrée, humour gras et poussiéreux qui fait pourtant bien le job, duo particulièrement explosif, scènes convenues, psychologie tout juste digne de celle d'un pré-ado (la love story absurde) ; psychologie contre laquelle je n'ai strictement rien, sauf lorsqu'elle est appliquée à des adultes très largement post-pubères. Un film superficiel qu'il faut savoir aimer -apprécier, plutôt- superficiellement. C'est vraiment très con mais visuellement maîtrisé.

La critique des internautes
 

 

NOTE : -/20

-