Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

La communauté
Budget = - M€
BOX OFFICE France = 375 / 42 17 - 30 000 - (98 000) entrées
BOX OFFICE USA = - M$
BOX OFFICE Monde = - M$
 

On ne devrait pas entrer dans un film avec des idées préconçues sur celui-ci : je le croyais situé quelque part entre la communauté typique croisée dans ce chef-d'oeuvre absolu qu'est Easy rider et un film du génialissime J. Cassavetes. Un couple hérite d'une trop grande maison mais se refuse à s'en séparer ; il va leur falloir trouver un moyen de payer son entretien (une présentatrice TV et un prof d'université en architecture... les pauvres). D'où l'idée de la communauté où chacun participera. Ca part d'un film-fantasme carrément rétro et un peu branque, aux images culturellement très ciblées ; ça ressemble à une ôde naïve au libertinage... mais au final c'est l'histoire d'un homme qui trompe sa femme, fais son coming out et laisse cette dernière se détruire. L'histoire de la mort d'un couple. Des personnages principaux forts pour un film qui prend plaisir à s'étirer, parler pour combler les vides et rester chiche sur l'évènementiel. Les personnages secondaires sont laissés en fond, de même que l'histoire autour de la fille du couple reste trop superficielle. Difficile de savoir où se situe le scénariste vis à vis de son sujet : une oeuvre immorale pour dénoncer ces moeurs d'un autre temps, libérales, qui ont conduit notre société à son morcellement amoureux ? En tout les cas il semble vouloir mitrailler un certain idéal communautaire en total décalage avec l'histoire récente et dont on a grand mal à voir l'intérêt. Surtout que l'oeuvre se focalise facilement, comme je le disais, sur les personnages centraux. Une oeuvre sur une communauté qui est pourtant trop centrée sur le couple principal et s'en trouve, par conséquent, inéquitable et déséquilibrée ? Ca fonctionne difficilement... Bref : contrairement à ce que dit l'affiche, le meilleur film de Vinterberg depuis Festen reste La chasse, et ce ne sont pas les séquences émotives avec le petit enfant au seuil de la mort qui me feront changer d'avis.

La critique des internautes
 

 

NOTE : - / 20

-