Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Baby driver

Budget = 34 M$

BOX OFFICE France = 1 265 / 52 109 - 303 000 - (835 000) entrées
BOX OFFICE USA = 20,6 / 107,8 M$
BOX OFFICE Monde = (226,9) M$
 

Just for fun. Après s'être posé la question ni centrale ni capitale qui ouvre sur le film ("Ca existe encore les braquages de banques ???), on passse directement la seconde et Baby s'en va faire danser la voiture, sur un rythme soutenu. Ca swingue d'ailleurs à tout bout de champ, E. Wright en parfait chef-d'orchestre remue comme un diable, soignant diablement ses plans et ses transitions, nous embarquant -avec quelques haltes- et trasmettant au spectateur le plaisir qu'il a eu à faire ce B-movie assumé. Film de casse, avec les inévitables comparses, le big boss et la non moins incontournable girlfriend, Baby driver ne nous laisse cependant pas indifférent, loin de là : la réalisation, plaisir visuelle absolue, en est évidemment la principal cause, mais les personnages ne sont pas en reste. Attachants au possible, ils se déclinent ainsi : Baby, un jeune conducteur traumatisé qui soigne le mal par le mal (musique 24/24 et poursuite automobile), les Bonnie & Clyde, mystérieux lovers inséparables, le psychopathes pas si fou que ça, la serveuse de "diner" typique, jusqu'à un neveu pince-sans-rire et un tatoué (J. Bernthal) à mon sens trop sous-employé. Et comme liant à cette recette explosive il vous suffit d'employer une musique éclectique et sortant clairement des sentiers battus, mais collant parfaitement au métrage, métronome des images de Wright. C'est furieux, drôle et excitant, la bande-son est quasiment un acteur à part entière de ce scénario qui va un poil plus loin que ce à quoi on s'attend, même si classique il est, voir caricatural dans son écriture. Rien de neuf, absolument rien de profond : mais c'est bien dans les vielles marmites que...

La critique des internautes
 

Au vu de la bande annonce, j'attendais un film frais et divertissant en tous cas pas prise de tête, une espèce de "Drive" mais en plus décontracté.

J'ai été servi au-delà de mes espérances.
Rien de révolutionnaire, mais franchement, j'ai passé un super moment, le sourire ne m'a pas quitté de toute la projection.

Entre le casting aux petits oignons (Foxx, Spacey, Hamm, Bernthal dans des seconds rôles savoureux, on sent leur plaisir de jouer ^^ et Elgort qui joue le héros et James que je ne connaissais pas),

la bande son pleine de standard (Danny, tu vas te régaler et les petits jeunes, si vous ne connaissez pas, enjoy ^^, Unsquare Dance de Dave Brubeck, Nowhere To Run de Martha & the Vandellas, Harlem Shuffle de Bob & Earl, Easy des Commodores - purée ce que je l'aime celle-là ^^ - The Edge de David McCallum - ceux qui ne connaissent pas ce gars, il a joué dans les séries des agents très spéciaux, l'homme invisible et dernièrement N.C.I.S., et ce titre est mythique car samplé par Dr. Dre dans The Next Episode ^^ - Never, Never Gonna Give You Up de Barry White, Brighton Rock de Queen pour ceux que j'ai repérés ^^ ) plus New Orleans Instrumental No. 1 de R.E.M. qui n'est pas très connue mais figure sur leur album "Automatic For The People" qui est un de mes albums favoris :-D

Et les clins d’œil à d'autres oeuvres ciné (Monstres et Cie, Fight Club entre autres et surtout cette référence via les pizzas, trop bon :-D et puis trop bon la blague sur Myers ha ha ! )

Edgar Wright doit être un cousin de Tarantino :-D

Ça a dû vous arriver de bouger dans votre voiture ou dans la rue sur le rythme de la musique qui passe dans votre baladeur surtout quand elle est bonne ^^ Ces petites séquences où Baby prend son pied en écoutant ses tubes préférés m'ont mis de suite dans le film, et m'a rendu de suite le héros sympathique ^^

Et surtout, au volant d'une bagnole c'est un dieu :-D Purée que j'aimerais me la péter comme ça au volant :-D

Ajoute à ça des "méchants bien gratinés" et une petite love story, secoue le tout et ça donne Baby Driver ^^ (je pense encore à Tarantino, en fait, niveau musique, méchants et love story, c'est vrai que ça me fait bien penser à Jackie Brown, la dimension "voitures" en plus)

Ce sera tout pour aujourd'hui, mais promis je complèterai cette critique dès que j'aurai pu le revoir. En tous cas, je le conseille vraiment si vous aimez les films où ça frime et où on ne se prend pas la tête, c'est du pur plaisir !

xlr8 in Sens critique