Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Le pont des espions
Budget = 40 M$
BOX OFFICE France = 1 739 / 33 587 - 295 000 - 971 000 entrées
BOX OFFICE USA = 15,4 / 72,3 M$
BOX OFFICE Monde = 165,5 M$
 

Deux films en un et un réalisateur qui montre à nouveau son penchant pour l'histoire, la guerre et l'Europe. Je vous avouerai avoir largement préféré la première partie, celle se déroulant aux USA. Historiquement parlant ce procès équitable, le jugement d'un espion au temps de la Guerre Froide par un avocat intègre se débattant dans un pays près à bafouer sa constitution pour se battre contre ses ennemis, résonne encore fortement aujourd'hui. C'est l'histoire de cette Histoire qui se répète à travers le Patriot Act américain et l'état d'urgence français. Et si le film est soigné à l'extrême du début jusqu'à la fin, le travail de Steven remarquable de bout en bout, T. Hanks aussi à l'aise qu'en famille et comptant toujours parmi les grands (rôle tout en finesse et tout en détails), le changement de ton du film est fort peu louable à mon sens. De l'avocat impartial en quête de vérité malgré les intimidations, prêt à sacrifier sa vie personnelle, familiale pour ses convictions (même si le refrain est connu) on passe au négociateur largué en territoire ennemi. Les apartés sur le pilote et l'étudiant ne s'intégraient déjà pas forcément bien dans le récit mais la dernière heure, voir un peu plus, s'assoupit, se tortille inutilement. Le film perd de sa portée et va chercher tout autre chose, pas si important que cela d'ailleurs (à l'époque, oui, mais aujourd'hui, avec le recul ? Quels enseignements ?). Il se transforme en un simple témoignage historique et nous laisse orphelin de toute leçon à en tirer. Le parallélisme des scènes dans le bus me parait même quelque peu naïf... bien que représentatif de l'opinion de ces peuples près à tourner leur veste à la moindre info contradictoire. Visionnaire mais également bancal.

La critique des internautes
 

 

NOTE : -/20

-