Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Les naufragés (David CHARHON)

C'est donc l'histoire d'un riche naufragé qui se retrouve sur une île censée être déserte, avec plus rien si ce n'est de beaux billets ; une métaphore ??? Non. Tout d'abord parce qu'il n'est pas seul, ensuite parce que ce n'est pas tout à fait le but du jeu. Deux craintes s'estompent pourtant assez vite : que le film tourne en rond ; et que le-dit Vendredi soit un insupportable erzat de L'emmerdeur ou des personnages créés par Z. Galifianakis dans la série des "Very bad trip". D. Charhon reste l'un de nos plus prometteurs réalisateurs de comédie et ce n'est pas pour rien. Par contre il est vraiment dommage de gâcher autant de belle matière première... Hors mis le récit de la chute du riche homme qui deviendra humble, attendu comme toute bonne "Happy end", il n'y a pas grand chose à croquer : ni un film politique, ni un film social ; rien qu'une comédie à sens unique. Peu imaginatif dans l'humour, pas assez amère, pas assez dur, pas assez sauvage, pas assez édifiant. D'autant plus que le pitch est joliment renversé par une pirouette scénaristique où les rôles auraient pû vraiment s'inverser et la métaphore fonctionner à merveille. Cela permet au film de ne pas s'embourber même s'il reste mal exploité autour d'une ossature prometteuse qui manque de gags goûteux et surtout de fond. La scène d'attaque du varan à la fin a failli me faire fuir, tout comme l'accent arabe d'Auteuil et le traitement hâtif et absurde du rituel de la prière. Bien fade tout ça.



La critique des internautes

 

-