Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Mechanic - Resurrection (Dennis GANSEL)

Triste de regarder le brillant D. Gansel se fourvoyer à Hollywood avec un film de série B indigne de son talent... Je ne dis pas que l'on ne peux ressentir un certain, une once de plaisir coupable face à ce produit formaté, mais ce grand écart me fait mal... Dans cette suite directe il y a un J. Statham, enfant spirituel de Sylvester S., qui possède la gueule, la carrure et le charisme nécessaire pour ce genre de rôle. Mais comme d'habitude le scénario aurait pu éviter les incessants ponctifs, les idées bas de gamme et souvent indigentes où l'on pioche un peu partout sans -ou trop rarement- se démarquer : le penchant obscur de 007 n'est finalement qu'un erzat un peu moins propre de E. hawke et rejoint aisément les Expendables (c'est un mercenaire qui ne tue pas de gentils garçons). Une demi-heure pour accepter sa mission sous contrainte, 30 secondes pour tomber fou amoureux, et c'est parti pour des dizaines de macchabées, des explosions, des coups de poings. Mais ça restera dans la zone rouge de la banalité, de A à Z, en passant par P (comme Prison) ou S (comme Sauvetage sur un bâteau). Le joli coup de la piscine avait été spoilé par les trailers. Et encore je vous demanderai de surtout éviter de réfléchir à la logique du truc, de vous poser des questions sans quoi le film coulerait à pic. On n'est pas là pour réfléchir !