Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Comment c'est loin
ORELSAN - Christophe OFFENSTEIN
Budget = 2,2 M€
BOX OFFICE France = 564 / 24 163 - 98 000 - 245 000 entrées
BOX OFFICE USA = - M$
BOX OFFICE Monde = - M$
 

Sur le fil de l'année, encore un film a classé parmi les très bonnes surprises françaises de 2015. Et il y a beaucoup de choses dans ce 1er film, des influences conscientes ou pas et surtout beaucoup de sang neuf dans un cinéma que je trouve sclérosé par ses grosses productions qui nivellent le niveau par le bas. On y trouvera un peu de Alexandre le bienheureux, ou comment la fainéantise peut devenir une philosophie de vie, mais également un certain détachement en regard de ce monde, le tout mêlé à un vrai discours, beaucoup plus profond qu'il n'en a l'air. D'ailleurs ce duo n'est qu'un reflet : celui d'une génération qui vit pour être célèbre et que le boulot dit "classique", celui de papa-maman, débéquete, celui d'une génération qui veut profiter de la vie avant que la vie ne profite d'elle, qui se complaît dans une certaine pauvreté en attendant d'être richissime. Le reflet qui est celui du rap en général : reflet d'une société sexiste et amorale, chose qui n'a pas toujours été comprise dans ce sens et que l'on a reproché -entre autres- à Orelsan ; alors que l'emploi du mot "nègre" ne fait aucunement de lui un raciste dans les yeux de ses accusateurs... Le rap est un constat, une conséquence, un syndrôme, pas une cause sociétale. Stop à l'intellectualisation à outrance : ce film donne la banane, il est profondément drôle car rarement si léger qu'il n'y parait, blindé de bons mots, de chansons aux textes écrits dans la dentelle, à réécouter intensément. Comment c'est loin serait un peu l'équivalent des comédies blacks américaines, pas loin d'être le chaînon manquant entre l'humour ricain et l'humour français. Je suis Orelsan !

La critique des internautes
 

 

NOTE : -/20

-