Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Bienvenue à Marly-Gomont
Julien RAMBALDI

Budget = 8,0 M€

BOX OFFICE France = 727 / 21 580 - 174 000 - 558 000 entrées
BOX OFFICE USA = - M$
BOX OFFICE Monde = - M$
 

Etre noir dans la campagne profonde française il y a... 40 ans. Oui : seulement 40 ans. Chronique de la différence et du racisme ordinaire. Un film qui trouve parfaitement son équilibre entre légèreté et gravité, entre rire et larmes, sachant déceler le ton juste pour délivrer son message et, si le-dit message n'a rien de spécialement novateur, il est amené par un scénario proprement écrit, jamais cliché et loin des comédies françaises pseudo-sociales, rythmées par de vieux gags et cherchant seulement à se donner bonne conscience sans ne jamais aborder le problème. Et ce problème reste encore et tristement d'actualité... Toujours le même blocage : celui de l'intégration (souvent confondue avec l'assimilation et dont on parle avec justesse ici) et de l'acceptation de la différence, de l'autre, par-delà la peur d'un inconnu fort relatif (rappel : nous sommens en 1975...). Toujours les mêmes mécanismes honteux et surtout absurdes répétés ad nauseam par des populations renfermées sur elle-mêmes et guidées par une ignorance crasse et cruelle. On évoque ici le doux problème d'une "normalité" : par rapport à quel critère ? La blancheur de peau, la religion dominante, la "culture" de l'égocentrique Europe ? On ne peut demander à quelqu'un de perdre son Moi afin de satisfaire au Surmoi de l'autre. On y parle de cette difficulté de s'ouvrir à l'autre par delà les préjugés, d'accepter ce grand écart et de ne voir, au final, que l'être forcément humain, avec ses défauts mais également tant de qualités. Si le film n'avance rien de bien nouveau, il le fait avec une grâce, une justesse et une véritable probité qui entraînera forcément l'adhésion. Souriant, plaisant, positif, réaliste mais également cruel, dramatique et chargé d'émotion, nous sommes ici en présence de l'une des meilleures comédies de l'année et dont l'équilibre scénaristique est exemplaire. J'ai hélas bien peur qu'en 40 années la société française n'ai guère changé, évolué, quand on voit comment quelques campagnards arriérés et ignorants réagissent à la vue d'un simple foulard sur la tête d'une femme. Un foulard...

La critique des internautes
 

 

-