Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

L'avenir (Mia HANSEN-LOVE)

Ce film débute par une longue, très longue mise en place, volontairement réaliste, minimaliste même. L'Ours d'argent y a été attribué à sa réalisatrice : il y a effectivement des efforts louables dans le découpages des dialogues, quelques jolis plans... mais vraiment rien de bien transcendant pour ma part. Donc je disais : le film se met en place, et il prend son temps : présentation des personnages -mère, père, enfants, grand-mère, connaissances- et de la situation (la vie quotidienne et somme toute banale d'un couple de profs). L'oeuvre a forcément quelques tendances philosophiques mais refuse de pousser le bouchon bien loin, la photo y est belle et lumineuse, Huppert est au top et R. Kolinka est une révélation pour moi. Alors le film se met en place, doucement, si bien que l'on finit quand même par comprendre que le pitch que tout le monde peut lire ici et là court sur pas loin de la moitié du temps -et encore je suis gentil-. Enfin, après plus de 30 minutes, celui-ci semble réellement tenir son sujet : le changement de vie, l'isolement, l'idéalisme... Et puis non : l'histoire retourne à son placement originelle et finira par ronronner ainsi jusqu'en sa toute fin. Difficile de s'étonner des faibles scores réalisés au box office par 'une oeuvre comme celle-ci. Difficile de dire qu'un film est complètement mauvais lorsqu'il vous sort comme référence musicale A. Guthrie, dont je ne saurais trop vous conseiller sa seule interprétation au cinéma dans l'un des rares bons films hippy de l'histoire, mais quel film : Alice's restaurant.