Les yeux jaunes des crocodiles : quoi de nouveau sous le soleil ? Les couples se trompent et se défont, les vieux couchent avec de plus jeunes, Béart laisse voir ses seins (vous ne trouvez pas qu'elle ressemble de plus en plus à M. Rourke ?)... Mais derrière ces thèmes poussiéreux du cinéma français il y a un "trait", derrière ces lieux communs il y a une certaine sensibilité (J. Depardieu épatante dans un rôle qu'elle connaît sur le bout des doigts), derrière ces banalités il y a un certain humanisme. L'histoire ne se dilue pas dans ce fond de commerce même si on navigue constamment entre ces impressions duales. Ce drame familial n'a pas la puissance d'un film de Vinterberg mais il est profond et son point fort restera ses personnages et leur interprétation. Plutôt une agréable surprise.