La voleuse de livres nous propose une reconstitution minimaliste mais réussie d'une Allemagne au nazisme en plein essor ; à travers le regard innocent de deux enfants et autour d'un thème bien précis : la littérature / l'art comme élément essentiel garantissant à la fois notre liberté intellectuelle et notre liberté tout court. La culture n'étant pas faite pour être "étalé", comme aiment à le clamer certains extrémistes jaloux, espérant maintenir le peuple dans la bêtise, mais bien pour nous "libérer". Petite piqûre de rappel à l'heure où le FN fait une poussée en France, les gens oubliant les aberrations commises lors de leurs précédentes prises de fonction dans des mairies (Cf. la bibliothèque d'Orange)... Même si tout cela reste très classique dans le style, le fond et la réalisation, le point de vue reste original, la voix off surprenante. Agréable mais le film n'offre pas vraiment un nouvel éclairage ou une belle analyse en profondeur.