La vision de Une autre vie devait me permettre de jauger la carrière ciné du B.O.S.S. et le casting était pour le moins intriguant. Si le jeu de J. Trinca n'a clairement rien à envier à celui de Joey, le plus géênant dans ce film est tout ailleurs. Une réalisation collée aux personnages (toujours centrés dans le cadre, des dialogues sans plan de coupe...), étouffante, mécanique et froide (rappel : il s'agit d'une histoire d'amour !), théâtrale, extrêmement minimaliste et inexpressive. Visuellement c'est un désastre. L'histoire ? Celle d'un électricien (...) qui tombe amoureux d'une pianiste alors qu'il est en couple. Et les scènes de s'aligner comme dans un mauvais roman tiré de la bibliothèque rose. Franchement, et avec tout le respect que je dois à ces artistes : je n'ai pas tenu jusqu'à la fin...