Musique lancinante, couleurs ocres, un accident, des images énigmatiques : "Les salauds" met en place une intrigue multiple (accident + viol + voisine) avec à la clef des révélations sur de sombres secrets familiaux. Le ton y est intimiste, très personnel, cru, tout comme la réalisation. Mais le film reste trop évasif et finalement nous amène à penser qu'il serait inconsistant ; il est effectivement trop léger sur le fond, trop supporté par ses acteurs et tellement fade en écriture. Plus le temps passe et plus on s'ennuie, et plus l'énigme paraît n'être qu'une toile de fond, pas loin d'être anodine, dessinant une love story bateau certainement pas relevé par des scènes de nudité caricaturalement frenchie ; le côté nauséeux du sujet prudemment évité. Que reste-t-il de l'intro ? Quelques scènes, seulement quelques scènes... On peu comme si l'on avait assisté à deux films mal digérés.