Voir "Safe" prouve 2 choses : que le film ne vaut pas mieux que son trailer et ne nous apprend rien de plus. Et que J. Statham se "stevenseagalise" en uniformisant ses films : dans 10 ans il pèse 120 kg et ne fait plus que des direct-to-DVD.