Pas de doute possible : à la vue des moyens employés et de l'action qui explose sur l'écran, nous avons affaire à un gros film hollywoodien ; mais plutôt de ceux qui ont une vraie bonne idée, de la réflexion, plein de savoir-faire et un scénario vraiment solide. On se croirait dans un monde à mi-chemin entre notre quotidien, qui nous échappe de plus en plus, et le monde de Orwell dans "1984" (ce film n'est-il pas à la limite du fantastique ?), avec un Big Brother naissant... Si le film ne s'encombre d'aucune subtilité, misant sur l'efficacité, le rythme et les effets visuels tape-à-l'oeil et très réussis (les car crashs dont on n'imagine à peine le nombre des victimes...) on remarquera aisément une réalisation qui implique formidablement le spectateur et un montage parallèle des plus brillants qui nous éclaire sur l'intrigue au fur et à mesure que celle-ci avance. Un nouveau film, plus réaliste, sur un vieux concept (souvenez-vous de HAL 9 000 dans "2001, l'odyssée de l'espace"), une plongée dans le monde de l'après 11/09, un monde où le citoyen n'est plus à l'abri de rien, ni des regards, ni des informations à son sujet, un citoyen qui voit son intimité diminuer peu à peu sous couvert de la protéger. Le gouvernement nous ment encore ? En tout les cas cette mise garde contre un monde entièrement informatisé est aussi moderne que rudement inquiétante. J'adore la dernière phrase : On prend des mesures à outrance pour sauver notre liberté et ces mesures finissent pas menacer cette même liberté... A méditer.