Soyons honnête : je n'aime pas Piaf -l'artiste-, ses chansons ne me touche globalement guère et sa voix de canard ne m'enchante pas du tout. Ce qui n'empêche nullement ce film d'être une petite perle ! La photographie des films de Dahan constitue une véritable signature, d'une rare beauté, beaucoup plus léchée que la majorité des productions françaises dont le niveau visuel n'exède pas celui d'un téléfilm. Et puis le scénario est un modèle du genre : brillant, novateur et intelligemment agencé ; il est écrit pour que se rejoigne le temps (le début de sa vie et la fin), refuse la facilité de la simple chronologie pour se lancer un un biopic thématique, constitué par les liens qui unissent deux scènes (première partie de sa vie - seconde partie de sa vie) : prostitution / maquillage - déchirement / drogue - poupée / teint blafard...etc. Et grâce à celà on apprend énormément sur le personnage, plus sur son âme que sur sa vie stricto-sensus. Et la seule critique construite que je pourrais faire du jeu de M. Cottillard c'est... WAOUH !!!