Mains armées bénéficie d'un montage parallèle intelligemment utilisé pour un polar simple sur le fond mais boosté par ses deux personnages principaux. On retrouve enfin R. Zem après le soporifique "Une nuit",d'un genre similaire. Dommage que l'histoire est plombée par des personnages secondaires souvent faiblards et des travers gênants (bad guys repérables, scènes sur lesquelles on anticipent...). Pas profondément original mais plus que regardable : confirme tout le bien que je pense de P. Jolivet.