La liste de mes envies (je n'avais pas lu le livre) sentait bon le sujet qui fait réfléchir, bien au-delà du "Que ferais-je avec autant de fric ?". Ce sera les plus abouties et tellement plus intéressantes questions suivantes qui seront traitées avec justesse : "Qu'aurais-je fait à sa place ?" et autre "L'argent fait-il le bonheur ?". Mais pourtant, à chercher la petite bête, le coeur du film est encore ailleurs... Fouillons un peu plus en avant : c'est avant tout une histoire simple mais tellement bien racontée : le montage qui use du flashback à bon escient, la partition musicale de qualité et un réalisateur qui emballe tout cela avec fougue, légèreté et une certaine verve. Ce film ne manquera certainement pas de nous toucher avec ces petits drames et ces grands bonheurs qui sont l'apanage de nos modestes vies ; simple, vrai. Et il suffit de mettre tout cela en parallèle avec son exact contraire (la richesse et, donc, la non-simplicité) pour découvrir que l'oeuvre tourne avant tout autour de ses personnages -épais par ailleurs- plutôt que d'user un pitch jusqu'à la corde. De cette humilité, intégrité se dégage une vraie chaleur humaine, montrant de magnifiques valeurs qu'il n'est pas inutile à mon sens de rappeler dans ce monde gouverné par les égos, le pouvoir et une moralité qui tourne autour du portefeuille. Mention toute spéciale à un comédien que je n'aime... n'aimait pas particulièrement mais qui se voit offrir (enfin) un vrai rôle : Marc Lavoine. Je ne comprends toujours pas -et j'en avais déjà touché un mot à Didier Le Pécheur il y a quelques mois- que Pathé est jeté en pâture ce film brillant quand ce distributeur sort la fanfare pour des navets sans noms qui ne prennent pas les spectateurs pour des personnes "à grande capacité intellectuelle" ; une question... de fric ???