(Critique écrite avec tout le respect dû à la réalisatrice et à... sa maman...) Mais que manque-t-il donc à cette comédie romantique à la française qu'est Jamais le premier soir ? Des moments de rires francs, sincères et plus marqués, et ce dès le début pour entraîner le spectateur dans une spirale humoristique ; mais tout est question de sensibilité. Un tempo beaucoup plus punchy, un film mieux découpé, évoluant plus vite, un petit côté trashy plus assumé et une réalisation plus désinhibée, plus folle, plus variée. On sent le 1er film, l'oeuvre qui se cherche, cherchant une idée forte, c'est à dire autre que la simple histoire d'une femme se reconstruisant après une rupture ; les candidats défilent comme à l'armée, le film s'étire et l'approche littéraire, d'où est censé poindre l'originalité du propos, est carrément lourde à digérer puisque trop caricaturale. Sans être le navet tant craint, c'est une oeuvre très imparfaite et qui ne correspond en rien à mes critères des canons de la bonne comédie. DSL Mélissa...