Gibraltar est un thriller hyper carré -tout du moins au début- qui parle de gens simples avec des problèmes de fric, des gens qui nous ressemblent = Problèmes qui entraînent une solution apparemment sans risque, solution qui elle-même va entraîner d'autres problèmes, forcément plus graves. Le scénario est hyper lisible et nous permet d'avancer avec le personnage principal, la mécanique est très bien huilée et le "héros" finira inexorablement au milieu de tirs croisés, en victime d'un système plus puissant que lui. Mais, si le film est magnifiquement photographié, sans doute plus solide au niveau des acteurs que de la réalisation, ça manque de nerf, de stress et de souffle, puis le scénario devient même opaque, se mélangeant les pattes entre les divers services ; alors on décroche un peu, survolant la modeste fin. Dommage que l'on ne nous rappelle pas plus souvent, d'une façon ou d'une autre, qu'il s'agit bel et bien d'une dénonciation en règle des pratiques odieuses des autorités françaises (et autres), celles-là mêmes soutenus par des hommes politiques qui osent donner des leçons de morales face et des parterres de journalistes (prolongement et opinion perso). Bien : sans plus.