Cogan = atmosphère, atmosphère... Un film de gangster comme on les aime, bien léché, aux dialogues imagés, doté d'un réalisateur soignant ses images à la fois dans le mouvement et les couleurs (la scène du meurtre dans la voiture est un somptueux opéra visuel), à la bande-son omniprésente, à l'humour barré, à la violence sanguignolante, sur un petit air de crise économique. Une variante de "film de braquage" qui pourtant va s'engluer dans des dialogues qui font "genre", devenant prétentieux à force d'éviter à l'histoire de décoller plus haut, de la développer et ne pas se contenter d'un pitch un peu gratuit qui tourne vraiment autour du pot.