La chambre bleue possède bel et bien une réalisation au scalpel, à la précision chirurgicale, son découpage est à l'avenant même si avec le temps tout cela paraît s'étioler ; on ne peut également lui ôter le talent phénoménal de M. Amalric. Pour le reste... c'est une oeuvre affreusement et insupportablement solennelle, très vite ennuyeuse malgré sa tentative vaine de soulever l'intérêt en rapport avec une enquête dont on ne connaît le crime. Les dialogues sont déclamés et pompeux et le film s'avère difficile à suivre avec sérieux.