Il est certains films qui délivrent une véritable poésie, quasi littéraire, voir vire à la pure magie cinématographique. Loin d'être tout rose, Broken flowers est de ceux-ci : un long mais jamais ennuyeux poème automnal, une balade mélancolique à la Jack Kerouac, un voyage à la fois intérieur (à travers une vie, par le biais des amours) et extérieur (l'Amérique et les américains) qui pousse un homme morose, un peu perdu dans sa vie d'ex-Don Juan, à rechercher une nouvelle raison d'exister ; une remise en cause dûe à la vieillesse naissante (un peu à la manière de Une histoire vraie), une remise en cause qui passera forcément par un retour mélancolique dans un passé utopique... L'auteur le dit fort bien : "Tout ce que l'on a, c'est le présent". La fin en est la plus parfaite et la triste des illustration. Broken flowers est un film fort du souci de chaque détail intrésèque à chaque scène -signature d'une oeuvre indépendante-, un film plein de symboles (images TV, musique, clins d'oeil humoristiques...) et orné d'une musique de composition en apesanteur, un peu gitane. Par l'un des meilleurs réalisateurs américain contemporains. Seule la dédicace à Jean Eustache me laisse sans voix... chacun ses goûts !