Les Apaches part d'un pitch qui pourrait être celui de Bling ring ; mais le sujet est traité par le petit bout de la lorgnette, avec plus d'efficacité. La réalisation peut paraître rigide, elle l'est un peu et n'aide pas à dynamiser le film, mais le réalisateur s'emploie à composer à l'intérieur de chaque plan, usant d'angles assez ambitieux. Ca reste un peu lent -surtout la deuxième moitié- mais il y a bien une atmosphère diffuse de stress, quelque chose de glauque qui nous rappelle un peu les oeuvres de Larry Clark, rendant le film inquiétant et le spectateur fébrile. Pas assez de rigueur scénaristique (mais ce n'est pas une vendetta orchestré par Scorcese) pour que ce simple "fait divers" nous fasse complètement basculer dans l'horreur et nous choque plus que ça.