Anna Karénine serait du théatre finement filmé si le réalisateur n'était pas autant à l'étroit avec ses dialogues. Une photo très picturale. Mais la magie n'opère pas : il est quasiment impossible de s'intéresser aux hsitoires de tromperie et d'amour de la haute société de la Russie du 19ème siècle. Pas de critique, de politique, rien qu'un concours d'histoire à l'eau de rose et de "love at first sight". Sirupeux en ennuyeux à souhait. Law est formidablement sobre, à l'inverse de Knightley...