American bluff

American bluff est un film dual. Explications : je suis passé à côté de l'histoire (mais le scénario est effectivement séduisant), le bluff est flou, ou plutôt sans grand relief, les contours sont mal dessinés, pas assez complexes pour être excitants et me happer. Tout cela tourne autour de bien peu de choses (une suite d'hôtel, un faux vrai bluff). Mais c'est avant tout un immense, immense numéro d'acteurs et une plongée incroyable dans les 70's : on y palpe les couleurs, la musicalité, les émotions et la folie. Russell adore ses comédiens : sa caméra aussi et sa réalisation est absolument remarquable (ses travellings avant démentiels), donnant du mouvement à chacun des dialogues. Juste pour le plaisir voici le décryptage d'une scène courte et complètement anodine : 3 personnages dans un ascenseur, un plan de coupe après le plan du premier, un léger travelling sur les deux autres... qui sont en couple ; simple et terriblement efficace pour valoriser aux yeux des spectateurs les liens qui les unissent. Sinon le film est bien trop long à se décanter et le thème, la toile de fond... y restera : au fond. Le mensonge sous toutes ses coutures, de la coiffure du héros aux arnaques, de l'infiltration au faux accent, des mots jusqu'aux tromperies amoureuses. Tout cela pour arriver, avouons-le, à un joli final.