Le 5ème pouvoir est foutrement excitant sur la papier : mais qu'en est-il en vrai ? Le film brasse de très nombreux thèmes hautement fascinants et peu plébiscités par le grand public, plus avide de fun au cinéma que de réflexion... Révolution de l'information, liberté des peuples et transparence, chute des murs, soif de vérité et de justice, lutte contre la tyrannie, frontière entre la délation et le devoir -ses conséquences positives (savoir, liberté) et négatives (dommages collatéraux)-, création d'un pouvoir complètement autonome, plus fort que celui hyper contrôlé de la presse, théorie du complot... mais avec toute cette matière première le scénariste peine à faire un film de ciné, passionnant, révolté, ça manque de coeur et d'une véritable réappropriation du thème, ça manque d'un peu de Kafka et de "Brazil". Par contre on reste très justement dans l'effleurement de J. Assage, personnage atypique, indescriptible et mystérieux : un révolutionnaire qu'il est bon de mettre en avant. Et Condon est plus à l'aise ici qu'avec les loups-garous et les vampires : il nous offre un vrai point de vue sur le film, une vraie vision (l'aspect "physique et matérialisé de Wikileaks). Les actes d'Assange sont sans doute plus importants que ce modeste film, il a tout simplement retourné le monde décrit dans le génial "1984" contre lui-même, lui tendant un miroir. Mais le grand public mesure-t-il vraiment l'ampleur de cela ???