Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Wanted

Timur BEKMAMBETOV
(15-16)

Enfin le digne héritier de la saga Matrix, LE film qui copie son "maitre", mais ne parodie pas et s'approprie un visuel pour servir son propre univers ! Mais il n'y a pas que du Matrix dans Wanted... Difficile pourtant de ne pas repérer quelques tics : le défi à l'apesanteur, à la vitesse et autres lois aberrantes de la physique et de la biologie élémentaire. Mais ici nos héros sont des quasi-super-héros, des extra-humains aux capacités amplifiées. On y retrouve le fantasme scénaristique du geek de base : un homme confondant de banalité, voir moins que rien, qui va devenir un héros... un élu ; mais cette fois l'écriture scénaristique plus que la philosophie du film seront sa force et son originalité. Son guide sera un homme de couleur ; mais pas seulement... et pas de la même façon. Les combats sont titanesques mais restes cohérents, sans artifice inutile (j'vous jure !) ni surenchère un peu bête ; ce sont les capacités physiques de nos héros qui sont mise en avant. C'est tout simplement et visuellement jouissif ! Et l'univers du film est très riche : le mythe du tueur à gage est exploité jusqu'au bout : un être sans âme mais avec un code d'honneur, une société secrète, un sentiment de puissance absolue. Le traitement n'ai jamais complètement sérieux et l'humour aussi fou que les images qu'il sert. Les combats sont titanesques et très puissamment visuels. Enfin, le twist permet de remettre joliment les compteurs à zéro. Et puis il y a un dernier aspect essentiel, très matrixien celui-ci aussi : les bases du film sont celles des jeux vidéos ; le joueur possède plusieurs chances (Cf. la cuve à bacta ; les fans comprendront !), il existe plusieurs niveaux et le joueur-héros atteindra plusieurs stades de compréhension (innocent au début, il s'entrainera dans les premiers niveaux, mettra en pratique et dépassera ce stade pour vaincre à la fin) ; on y retrouve des obstacles très vidéo game (la scène sur le train me rappelle certains jeu Star wars) et des missions. Quand le cinéma devient extrêmement redevable au video game.... Stade final, la réalisation de Timur : comme un poisson dans l'eau, le sujet accroche totalement avec son univers visuel, et cette fois on sentirait presque de la retenue par rapport à ses autres oeuvres (tant mieux !), de la retenue derrière une réalisation volotairement excessive, grasse, soulignée et certainement en totale adéquation avec les folies du scénario. Un film improbable et d'autant plus sublime !!!

 

La critique des internautes
 
Le réalisateur Russe Timur Bekmanbetov connu pour ses Nightwatch et Daywatch qui s’est exilé aux USA pour accoucher d’un nouveau bébé , une production de 75 Millions de dollars qui sur le papier faisait un peu peur mais peu à peu au fil des Bandes-Annonces et des critiques les doutes se sont estampillés car assez unanimement Wanted est bien reçu et n’est pas l’ersatz de Matrix que l’on a pu un temps craindre.


Pour peu qu’on accroche au style assez timbré de Timur Bekmanbetov , Wanted s’impose comme un film ultra fun , décomplexé et monstrueusement spectaculaire avec un budget inférieur à la plupart des grosses productions actuelles.
Le scénario reprend un shéma assez classique mais est bien écrit et non dénué d’humour joue bien avec les références invoquées (Fight Club pour le début notamment) et tisse un univers franchement trippant qui met en places des persos Bad Ass comme on aimerait en voir plus souvent ,le propos du film est aussi assez subversif et devrait choquer les spectateurs les plus bienpensants.
Mais avouons le ce qui fait principalement le charme de ce film est la réalisation qui fait dans la démesure avec sans complexe et avec un talent certain et un vrai sens du spectaculaire.
Timur Bekmanbetov a visiblement beaucoup d’idées et de ressources et se plait à étaler tout ses fantasmes en termes de cascades et effets de montages , ou mouvements de caméras qui font de chacune des scènes d’actions un pur moment de fun bien barge et spectaculaire en diable , pour certaines limites mémorables entre gunfights mythiques et poursuites de malades , le réalisateur impose son ton sans mal , un mix entre John Woo et Matrix notamment bien sur remixé à sa sauce. Le film est aussi assez violent pour une production de ce calibre notamment les scènes de formations ou même les balles qui transpercent les cranes au ralentis avec effusions de sang à la sortie , ce qui en rajoute à la liberté de ton dont a bénéficié le réalisateur pour son film à l’heure ou les grosses productions sont de plus en plus formatées.
Mais aussi le réalisateur a la chance d’avoir un casting de bon calibre avec en tête d’affiche James McAvoy qui débute dans ce genre de film avec un beaucoup de réussite l’acteur est aussi bien à l’aise dans son rôle d’employé terne au quotidien monotone qu’en tueur haut de gamme , Angelina Jolie plus sexy et bad ass que jamais est ultra charismatique en « instructrice » ,et Morgan Freeman classe et impeccable complète une distribution au point.
Bref une bonne surprise Wanted propose quelque chose d’ultra spectaculaire et ultra fun et révèle un réalisateur assez spécial dont le style est amené à diviser mais sort du tout venant.


NOTE : 16/20

UNKUT