Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Vampires

John CARPENTER
(12)

Sang, poussière et série B. Carpenter flirte avec Bigelow. Tout a déjà été fait et il faut tout le talent du maitre pour que ça fonctionne : muscle, couleurs passées, gore et antireligiosité. Plein la vue, peut-être, mais le scénario reste trop linéaire, très « action movie » pour être plus fascinant que ses effets spéciaux. Autre gros défaut : Valek ; un méchant que l’on ne voit guère, n’a guère le temps de connaître et que l’on a du mal à trouver effrayant. Je regrette vraiment de ne pas aimer plus ce film, Carpenter est un grand metteur en scène, mais son histoire –si elle n’était pas portée par ses visions et son cynisme- tiendrait sur un court métrage, très classique par ailleurs. Juste westernien.