Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

UglyDolls
Budget = 45 M$
BOX OFFICE France = 117 / 4 166 - 27 000 - (57 000) entrées
BOX OFFICE USA = 8,6 / (20,2) M$
BOX OFFICE Monde = (27,5) M$
 

Qu'il est triste de constater que l'insuccès de ce film prouve aisément combien est vrai ce qu'il dénonce...
Même si ça commence par une chanson qui plombe le film... L'enchaînement musical pourrait paraître franchement encombrant, mais comment nier que les textes assénés par (presque) chacune d'entre elles fait avancer le message délivré par l'oeuvre et, par conséquent, est loin d'être dénué d'intérêt. Même s'il convient de dire que musicalement ce ne sont pas des œuvres mémorables.
Bien plus que d'évoquer une héroïne qui ne demande qu'à croire en ses rêves les plus fous (être choisi comme jouet par un humain), même si tout un chacun lui renvoit ses doutes, on y parle du droit à la différence par le biais d'un discours ambitieux sur la (supposée) laideur.
S'il s'agit d'un cartoon destiné aux tout petits -en témoigne un humour très simple-, il ne laissera personne sur le côté. J'en veux pour preuve cette critique ouverte du dictat des jouets (et par extension des humains) usinés, tous identiques, formatés, faussement beaux et parfaits, jouets stars répondant à des critères bassement commerciaux. UglyDoll pose la question de savoir qui de ces produit de consommation sans saveur ou de ces objets uniques et atypiques est le plus effrayant ? Et il s'élève contre les préjugés, glorifiant à juste titre la beauté intérieure. On pourrait même aller plus loin en parlant de sectarisme et même de "communautarisme imposé" avec ses jouets hideux rejettés dans un monde à part...
S'il est vrai que le scénario possède ses limites et que K. Asbury n'a rien d'un immense auteur de cartoon, les idées du film suffisent à me faire dire qu'il s'agit d'une réussite injustement boudée par le public.
Vous trouvez la fin consensuelle ? Non : les enfants sont finalement et souvent bien plus malins que tous les publicitaires du monde et savent aimer naturellement et sans préjugés aucun... avant que la société / la publicité ne se charge de les formater rapidement ; à moins que leurs parents les protègent suffisamment pour leurs laissent les yeux grands ouverts sur un monde moins manichéen qu'ils pourraient le croire.

NOTE : 12 / 20

La critique des internautes
 

 

NOTE : -/20

-