Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Le royaume de Ga'Hoole : la légende des gardiens
Détails du film sur InCiné

Zack SNYDER
(15-16)

Quand on va voir un film de Snyder on a toujours peur que la beauté envahissante du produit l'emporte sur le fond... et ce n'est jamais le cas !!! Car Zack a compris une chose : le cinéma est un art visuel et un excellent scénario sans une excellente mise en image... c'est de la radio ! La 1ère image, dans le brouillard nous permet de dire, qu'ici, la 3D ne sera pas artificielle. Puis apparaissent nos héros : des chouettes (original, non ?) que l'on croirait sorti d'un documentaire, en tous les cas d'une étude zoologique fouillée tant les détails sont tous minutieux et absolument fantastiques ; chaque mouvement est précis, "animal", hyper réaliste, le rendu des plumes nous laisse sans voix, les séances de vol nous rappelleraient presque "Le peuple migrateur", et pourtant il y a une véritable identification à ces "personnages" car ils existent, ressentent des émotions et nous les font parvenir intactes grâce à une animation intelligente et très fine qui ne trahit pas leur statut d'animaux, ne les humanise pas mais les rend émotionnellement viables. Les images, toutes les images, sont absolument renversantes, les décors et en particulier les immenses forêts ; le soin qui leur est apporté est un signe non pas d'art mais presque d'artisanat et le souci du détail en font des objets presque plus vrai que nature, en tous les cas magnifiés par la cinégénie. Snyder poursuit une carrière sans faux pas et sont travail est parfait : autant dans la durée de chaque plan (il laisse parfois trainer sa caméra pour nous faire découvrir les lieux sans plans cuts) que dans la mise en relief des scènes, il y a une recherche formelle sur la façon d'aborder chaque décors et d'impliquer les spectateurs ; les combats sont titanesques et il n'a pas sa pareille pour en sublimer chaque mouvement (ses désormais célèbres ralentis), surtout lors des séquences de vol qui sont d'une beauté... naturelle. Mais alors qu'en est-il au niveau de l'histoire ? C'est un cartoon plus adulte que la moyenne, une oeuvre de fantasy dans la plus pure tradition (un groupe sombre, magnifiquement appellé "les Sangs-Purs", asservi les faibles, un héros qui n'en est pas un trouvera des ressources et accèdera à la légende), une aventure ambitieuse qui ne ménage pas son audience : kidnapping, trahison shakespearienne qui ira jusqu'au bout de son raisonnement, fin ouverte, drame, nombreux personnages et un bon soupçon de frousse et de violence, sans être pour autant frontal à la vue de l'audience. Globalement le scénario est bien équilibré même si les scènes plus consensuelles sont plus ampâtées bien qu'elles le fassent sans concession à un humour bon enfant qui parasiterait le film. Il y a même de nombreuses scènes qui nous scotchent littérallement, et par leur grâce et grâce à la musique absolument génial de ce film : on débute par un quasi hommage à Morricone, frôle du doigt les meilleures compo de Howard Shore et on poursuit avec une merveille digne de G. Bregovic, trouvant ainsi des tonalités variées et justes. C'est un film qui est assuré de bien vieillir et de toutes évidences résistera à de multiples visions.