Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Psychose
Budget = 0,807 M$
BOX OFFICE France = - / ? - ? - 477 000 entrées
BOX OFFICE USA = - / 32,0 M$
BOX OFFICE Monde = 50,0 M$
 

Voici selon moi LE modèle absolu de réalisation, celui que chaque auteur de cinéma se devrait garder dans un recoin de sa tête. Pour nous rappeler que le 7ème art est non seulement l'art de l'image, mais tout autant l'art du mouvement ; son animation ne doit pas seulement être celle, uniquement technique, de l'image, mais également le prolongement de la vision de l'auteur, le lien direct entre le réalisateur et le spectateur, celui qui magnifie les émotions, les laisse transpirer, nous les imprègne tout autant que le scénario et le jeu des acteurs. Rien de moins que le dialogue entre un auteur et des spectateurs, via le support "caméra", ses mouvements, ses choix d'angulation.
Alors, évidemment, la musique est ici tout à fait exceptionnelle, intemporelle, participe de beaucoup à ce suspens qui va crescendo. Et cette damnée maison, inquiétante au possible et diablement filmée en contre plongée / contre-jour, ne manquera pas de nous hanter. Perkins s'avère être un choix de casting extraordinaire dans la mesure où il insuffle à son rôle quelque chose d'unique et qui restera dans l'histoire du cinéma. Fragile, gentil mais cachant le plus terrible des secrets.
Pyschose est profond et singulier à bien des égards : son scénario totalement bluffant et original est vraiment unique dans l'histoire : son héroïne est une voleuse, son sort ne ressemble à rien de ce que l'on avait vu avant, et le film invente ce qui deviendra un "twist". La célébrissime scène de la douche, pierre angulaire de l'histoire, est un double choc : celle du meurtre le plus marquant du 7eme art (grâce à un montage chirurgical et parfaitement étudié) et celle où le scénario bascule sans prévenir : le véritable héros se dévoile !
Mais c'est tout autant une oeuvre qui parle du Mal en général, à travers le thème de la folie, ou de la solitude d'ailleurs, en nous plongeant comme rarement au cinéma (surtout en 1960 !) dans la tête et les états d'âme (trauma, solitude humaine et sexuelle...) d'un anti-héros touchant mais abject.
Brillant.

NOTE : 17-18 / 20

Voir : Psychose 2 - Psychose 3 - Psychose 4 - Psycho
La critique des internautes
 

 

NOTE : - /20

-