Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Power rangers
Dean ISRAELITE
Budget = 100 M$
BOX OFFICE France = 1 671 / 57 141 - 262 000 - 550 000 entrées
BOX OFFICE USA = 40,3 / 85,4 M$
BOX OFFICE Monde = (140,2) M$
 

L'idée de départ est pour le moins claire et attendue depuis au moins deux générations : remplacer les FX réalisés sur l'ordinateur de grand-mère par quelque chose de numérique, moderne et réaliste (et il y a de beaux effets), mettre de la zic américaine qui bouge bien, quelques gags adultes (= sous la ceinture), un vrai format ciné (la réalisation n'est pas mauvaise et assez respectueuse), moderniser les costumes de carnaval, imposer des personnages un peu plus consistants... Bref : faire table rase de la série de notre enfance et de nos enfants. De ce côté le film est une surprise et même une petite réussite. Mais il est tellement dommage de s'être arrêté en si bon chemin. Power rangers est un origin movie vieillot, un film de super-héros ado bas de gamme si on le compare aux canons du genre et, qui plus est, qui pioche allègrement et piteusement à droite et à gauche (un peu de Spider-man découvrant ses pouvoirs, un peu d'Avengers qui trouve la force de s'assembler...etc). Le scénario à beau faire des clins d'oeil (Die hard, Transformers...), inviter des acteurs qui évitent le grand-guignol autant que peut se faire, le fond de cette histoire est d'une bétise sans fond, une aberration scripturale : ou quand une méchante caricaturale, elle, prend l'idée de détruire la Terre, etc, etc, etc... Après une longue, très, très longue heure et demi cousue de fil blanc (découverte des pouvoirs, entraînement, formation de l'équipe, apparition de la méchante), nous avons enfin droit à une demi-heure, toujours cousue de fil blanc, mais avec des Power rangers dedans. Interminable et minable, on a du mal à comprendre pourquoi vouloir renouveler la forme et pas le fond et faire enfin rentrer ces Rangers dans la cour des grands...

NOTE : 6-7 / 20

La critique des internautes
 

 

NOTE : - /20

-