Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

On l'appelle Jeeg robot
Gabriele MAINETTI
Budget = - M$
BOX OFFICE France = 265 / 4 840 / 26 000 / 41 000 entrées
BOX OFFICE USA = - M$
BOX OFFICE Monde = 2,1 M$
 

Tellement beaucoup plus classique qu'on nous l'a vendu : le monde du "grand" banditisme" romain, ou quand de super pouvoir tombent entre de "mauvaises" mains. La seule originalité du pitch étant que le héros du film est un voleur ? Oui... ce n'est pas non plus le bad-guy auquel on s'attendait. Voyons les choses autrement : c'est plutôt l'histoire d'un méchant qui refuse de devenir un super-méchant et va se métmorphoser petit à petit en super-gentil, en se découvrant un but positif. Point. Oeuvre passable qui s'appuie sur ce seul semblant d'originalité et dont le scénario est vraiment plombé. Acquisition des pouvoirs, découvertes des possibilités, utilisation. On retiendra cependant que l'oeuvre est pas mal mise en image, qu'une pointe de gore vient égayer ce petit monde, que les personnages cartoonesques vont tout à fait avec le propos ; le héros amoral mais gentil, un peu fade, la femme-enfant sexuée qui croit vivre dans un manga, le gangster raté mais sadique... Il y a bien quelques drames qui sont ourdis (la mort du père, le passé du héros), mais le film refuse de jouer avec cette dramaturgie et, finalement, ne délivre aucune émotion. Trop limpide derrière ses élans d'originalité.

NOTE : 8-9 / 20

La critique des internautes
 

 

NOTE : -/20

-