Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

La mouche

David CRONENBERG
(15-16)

En éliminant l’erreur scénaristique grossière de l’original (de Kurt Neumann), Cronenberg y a gagné en réalisme et en pathétisme. Il nous livre ici un travail abouti tant sur le plan scénaristique (la décadence physique méler aux conflits intérieur du héros) que sur le plan visuel (réalisation toujours en adéquation au sujet). Les effets spéciaux fonctionnent à merveille (Chris Walas impose définitivement son talent), les acteurs sont irréprochable (Golgblum y trouve son plus grand rôle avec celui de Mr Frost). Un Cronenberg toujours aussi charnel et viscéral mais un plus grand public.