Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Mama
Andres MUSCHIETTI
Budget = 15 M$
BOX OFFICE France = 427 / 19 422 - 169 000 - 299 000 entrées
BOX OFFICE USA = 28,4 / 71,6 M$
BOX OFFICE Monde = 146,4 M$
 

Une première scène qui vous happe, vous plonge dans un film partant avec justesse d'un fait divers afin de nous toucher au plus profond ; nous n'en saurons pas plus car cette oeuvre maitresse va nous emmener là où on ne l'attend pas forcément, laissant le fantastique s'immiscer parfaitement. Réalisé de manière intense, d'abord sur fond de paysages glacés puis marqué d'une photo brunâtre, le film ne se permettra qu'une seule véritable erreur de parcours : la voiture retrouvée 5 ans plus tard alors qu'elle est tombée dans un ravin en bord de route. Car, même s'il n'est pas parfait, Mama dépasse, et de très loin, le genre qu'il sert, défiant les codes et aboutissant sur une oeuvre sensible, à mille lieues des "films de monstres" habituel, échappant à la caricature hollywoodienne grâce à de brillants subterfuges, prenant le spectateur à rebrousse-poil. Les personnages sont mâtures (J. Chastain est parfaite en femme contrainte à héberger des enfants alors qu'elle n'est pas faite pour la maternité) et le scénariste à exactement compris ce qu'est l'essence d'un film d'épouvante : car ici la peur naît des scènes où il ne se passe pour ainsi dire rien. Et puis le rythme du film est savamment étudié : soutenu et intense sans pour autant devenir artificiel, telle une vulgaire machine "à faire peur". Mais la pièce maitresse de cette oeuvre est évidemment la mama : un monstre qui n'en est pas un, original et pour lequel on a vite une certaine empathie (comme ce que l'on a pu ressentir pour le monstre de Frankenstein), une pauvre créature blessée par la vie, une métaphore de l'amour maternel qui en fait un monstre d'anthologie -que ne vient pas détruire le fabuleux design. Ajoutez quelques détails essentiels : une bande-son terrifiante et omniprésente, un sujet terriblement fascinant et rarement abordé de façon aussi subtile (la maternité, l'amour de ces enfants, l'adoption), des enfants au centre des débats histoire de fragiliser un peu plus le spectateur, un final extraordinaire, d'une intensité rare, comme on n'en voit de moins en moins dans ce cinéma formaté censé ne pas trop brusquer le public. Un must.

NOTE : 15-16 / 20

La critique des internautes
 

 

NOTE : - / 20

-